Assureurs axés sur la technologie : comment prospérer en 2030

“Les modèles de fonctionnement de l’assurance sont sur le point de changer radicalement.” C’est ainsi que commence un dossier spécial élaboré par plusieurs associés de cabinets McKinsey que nous voulions vous partager aujourd’hui. La problématique ainsi posée est claire : comment les assureurs vont prospérer à horizon 2030 ? 

L’urgence d’intégrer la technologie

Valable dans tout secteur d’activité, la dotation des entreprises en capacités informatiques est gage de croissance, d’agilité, de compétitivité et de réactivité. Pour preuve l’apparition d’acteurs pure-players, qui ont émergé ces dernières années et croqué de manière fulgurante des parts de marché importantes aux acteurs traditionnels. On pense à Paypal dans la banque de détail, Netflix dans le divertissement, ou encore Amazon dans la distribution. 

Les modèles de fonctionnement ont évolué, et les entreprises doivent exploiter ces nouvelles opportunités données par le digital. L’assurance n’est pas à l’abri des changements technologiques auxquels sont confrontés les autres secteurs. 

L’Assurance face à trois tendances bouleversantes

Les demandes des clients évoluent, les modèles d’exploitation traditionnels sont sous pression et de nouveaux entrants pénètrent et digitalisent le marché. 

1. L’évolution des demandes clients 

L’assurance n’est plus un service propre à son secteur, vendu uniquement par des assureurs. Bien au contraire ! De nombreux acteurs proposent aujourd’hui des produits d’assurance en complément d’autres offres. On pense aisément à quelques exemples : l’assurance annulation lors de la réservation d’un voyage, l’assurance de protection lors de l’achat d’un smartphone,… Selon l’étude de McKinsey, les leaders du numérique augmentent leurs revenus cinq fois plus vite que les autres entreprises. De fait, il est important pour les assureurs de s’engager dans des écosystèmes digitaux.

À cela s’ajoute l’arrivée de nouveaux consommateurs, les “digital natives” qui ont des attentes élevées en termes d’agilité et de flexibilité des offres d’assurance. 

2. La compétitivité et la pression sur les coûts 

L’étude de McKinsey met en exergue l’écart qui se creuse entre les leaders et les acteurs traditionnels. Les ratios de coûts sur certains produits d’assurance proposés par des acteurs traditionnels sont jusqu’à 200% plus élevés que pour les leaders. 

3. La donnée client et son exploitation

Avec une culture tech et une connaissance client importante, les acteurs extérieurs profitent d’avantages considérables pour pénétrer le marché de l’assurance. “IKEA a mis en place des modèles B2B2C basés sur la technologie avec une expérience client distinctive et des solutions d’assurance sur mesure, basées sur sa compréhension et sa projection des besoins des clients.” 

Vers de nouveaux rôles pour les assureurs

Qui dit nouveaux rôles, dit nouveaux business models. L’étude de McKinsey en répertorie quatre. 

1. L’agrégateur d’écosystèmes :

c’est celui qui détient la relation client. Il propose une large gamme de services qui vont au-delà des produits d’assurance. Pour ces acteurs, cela nécessite de construire et entretenir des partenariats avec d’autres acteurs externes au monde de l’assurance. 

2. Le fournisseur de produits et de back-office :

il fournit des services d’assurance complets et à grande échelle. Il s’agit d’acteurs de l’assurance dont le modèle de fonctionnement se base sur un fort niveau de digitalisation. Le risque ici ? Perdre la relation client en direct. 

3. Le fournisseur de services à valeur ajoutée :

c’est un fournisseur de services et de technologies qui vient augmenter son portfolio de produits d’assurance. Il s’agit alors d’offrir des services externes à d’autres. 

4. L’assureur axé sur la relation client :

il s’agit d’acteurs spécialisés dans des segments de niche (ex : les assurances pour animaux) et d’acteurs leaders du marché qui maîtrisent parfaitement le digital. 

Pour les grands assureurs, il est possible d’étendre leur modèle commercial pour fournir des services intersectoriels. Il s’agit alors pour eux de devenir “fournisseurs de produits et de back-office” ou “fournisseurs de services à valeur ajoutée”. Les petits et moyens assureurs, quant à eux, peuvent devenir des producteurs ou des facilitateurs dans des domaines où ils se distinguent. Néanmoins, ils devront surmonter les problématiques d’échelle et de compétences. 

La technologie apparaît comme un moyen essentiel pour les assureurs de se différencier. Elle va donc être au centre des préoccupations et des structures organisationnelles des assureurs. L’étude illustre ceci par un exemple : certaines organisations informatiques transfèrent leurs équipes de développement vers une organisation centrée sur les produits. Cela augmente ainsi la collaboration et l’agilité commerciale. Les processus organisationnels sont également impactés : rationalisés et automatisés. Il s’agit de parvenir à une gestion efficace des performances via des solutions innovantes qui fournissent des KPI et des rapports de pilotage automatisés. 

C’est ainsi que l’illustre Bruno Mazouz, Directeur de la Transformation Digitale au sein du courtier en assurances CPMS

“Nous utilisons les solutions de téléphonie ip hébergées dans le cloud d’Axialys depuis quelques année. Lorsque nous avons eu besoin de basculer à 100% en télétravail, cela s’est fait de façon quasi-instantanée. Malgré le confinement, nous n’avons eu aucune journée d’arrêt de production. C’est ce qui a été vraiment différenciant dans notre secteur. Et c’était le moment où nos adhérents avaient le plus besoin de nous. »

Bruno Mazouz, Directeur de la Transformation Digitale – CMPS 

Évidemment, ces acteurs se doivent d’attirer et de retenir des talents en ingénierie afin de cultiver l’efficacité et la performance. 

Conclusion :

Voilà une belle feuille de route à suivre pour devenir un assureur performant et compétitif à horizon 2030 ! Acteurs de l’assurance, pour découvrir ce que les technologies d’Axialys peuvent vous offrir, contactez-nous ! 

Devis Centrex


Pour accéder à l’étude complète (en anglais) : https://www.mckinsey.com/industries/financial-services/our-insights/tech-driven-insurers-how-to-thrive-in-2030?cid=other-eml-alt-mip-mck&hdpid=1fd36650-ffef-44bf-a666-75a9ce4ea00f&hctky=1791095&hlkid=6abb1e2614ff4e0bb8dfb6c0ca3ea885