AXIALYS  - LE BLOG

IPBX vs PABX : quelles sont les différences ?

IPBX_vs_PABX_.jpg
19 mai 2016

Lorsqu’une entreprise entame une réflexion sur sa téléphonie professionnelle, elle est rapidement confrontée aux notions techniques du secteur. Autocommutateur, PABX, IPBX, Centrex… sont autant de terminologies utilisées pour décrire les solutions existantes en matière de téléphonie d’entreprise. Dans ce contexte, il peut devenir compliqué pour une personne non initiée de saisir les différences de fonctionnement et d’utilisation de chaque technologie. Pourtant, la compréhension de ces distinctions est essentielle dans la sélection d’une offre télécom adaptée à ses besoins et à son budget. 

Afin de remédier à cette situation, nous avons décidé de vous présenter les deux technologies de téléphonie les plus répandues dans les entreprises : le PABX et l’IPBX.

Établies à partir de l’exploitation d’un standard téléphonique physique, ces solutions se distinguent par leurs coûts, leurs manières d’être administrées ou encore par leurs fonctionnalités.

Comment le PABX a-t-il évolué en IPBX ?

L’histoire du téléphone commence en 1876. Cette année-là, Alexander Graham Bell met au point un dispositif avec lequel il est possible d’avoir une conversation, en temps réel, avec un interlocuteur à distance ; le premier téléphone. 

A cette époque, nous étions loin du mécanisme automatisé que nous connaissons aujourd’hui. Lorsque l’appelant décrochait son combiné, il devait indiquer à un standardiste le destinataire de la communication, afin que ce dernier puisse mettre en relation leurs lignes téléphoniques à partir d’un système câblé.

Véritable révolution, ce nouveau moyen de communication a très rapidement séduit les particuliers et les entreprises. On estime ainsi qu’en 1912, il existait déjà plus de 12 millions de postes téléphoniques à travers le monde. Dès lors, ce volume d’appel était trop élevé pour être traité manuellement. 

Pour faire face à cette problématique, la téléphonie s’est donc automatisée. Chaque ligne téléphonique a été associée à un identifiant chiffré, qu’il suffit de composer au moment de passer l’appel, afin d’être mis en relation avec la personne désirée.

Le PABX, le standard téléphonique privé

En dépit des bénéfices de l’automatisation de la téléphonie, une partie des entreprises ne souhaitaient pas utiliser le téléphone comme principal moyen de communication. Cette réticence était principalement exprimée en raison de la facturation des appels téléphoniques.

Qu’il s’agisse d’appels internes ou externes, le flux de communication devait obligatoirement transiter à l’extérieur de l’entreprise jusqu’à un standard automatique externe, avant d’être redirigé vers les interlocuteurs désirés. Au niveau de la facturation, cela se traduisait par un coût identique des communications, qu’elles soient à destination d’un interlocuteur interne ou externe. 

Afin de réaliser des économies, les entreprises ont alors commencé à s’équiper de leurs propres standards téléphoniques. Situé physiquement dans leurs locaux, il permettait de différencier les communications internes à l’entreprise et les appels à destination de l’externe, dans le but de réaliser des économies significatives. 

Aujourd’hui encore, de nombreuses sociétés sollicitent un standard téléphonique automatique privé dans leurs organisations. Plus connu sous son abréviation anglaise, PABX (Private Automatic Branch Exchange), le matériel a subi de nombreuses évolutions technologiques permettant d’améliorer notamment la qualité des communications, ainsi que la capacité de traitement des appels par le standard téléphonique.

Comment fonctionne la téléphonie traditionnelle ?   

Malgré ces améliorations, les systèmes PABX sont toujours considérés comme un système « traditionnel » en raison de leur fonctionnement relativement rudimentaire.

Dans le combiné téléphonique se trouve une membrane en caoutchouc qui vibre en fonction du rythme de la voix. A partir d’un mécanisme composé de bobines, de fils électriques et d’aimants, ce mouvement est ensuite converti en un signal électrique analogique. Ce dernier va circuler du combiné téléphonique au standard, puis transiter sur le réseau téléphonique cuivre jusqu’au destinataire, avant d’être retranscrit en conversation vocale audible. 

Même si ce fonctionnement est encore très répandu, il devrait disparaître d’ici 2020. Les institutions françaises ont en effet décidé d’arrêter l’exploitation du réseau téléphonique cuivre au profit d’un circuit fibre dédié à la téléphonie, favorisant ainsi les technologies de téléphonie IP.

L’IPBX, une téléphonie « moderne »

En opposition au fonctionnement « traditionnel », on retrouve donc des solutions technologiques qualifiées de modernes. Elles sont ainsi nommées car elles n’utilisent plus le réseau téléphonique cuivre comme canal de communication, mais une connexion internet.

L’IPBX est le premier standard téléphonique à avoir utilisé une connexion internet comme canal de communication. Dans cette configuration, la voix n’est plus captée par un système de vibration, mais par un micro situé dans le combiné. Ce principe transforme directement la voix du locuteur en un signal téléphonique numérique qui ne peut être exploité en l’état. Il est compressé puis découpé en plusieurs paquets de données, avant d’être transmis au destinataire à travers une connexion internet. Cette opération a pour objectif de garantir l’instantanéité de l’appel, caractéristique essentielle de la téléphonie, même lorsque le réseau web est encombré. 

New Call-to-action

L’IPBX, une technologie plus flexible

Aujourd’hui, en comparant ces deux schémas téléphoniques (PABX vs IPBX) il est probable que l’utilisateur ne distingue pas de différence particulière en termes d’utilisation basique du téléphone. La qualité d’écoute, l’utilisation ou encore la fiabilité sont équivalentes.

En revanche, ces deux modèles se distinguent dans leurs façons d’administrer les parcs téléphoniques. Sur cette caractéristique, on peut qualifier un réseau PABX de technologie particulièrement rigide, par rapport à un système IPBX.

Par exemple, si votre entreprise s’agrandit, vous devrez ajouter de nouvelles lignes téléphoniques pour vos nouveaux collaborateurs. Dans un système PABX, votre société sera contrainte de faire appel à une société spécialisée pour réaliser cette opération. Une intervention qui se chiffre entre 50€ et 100€ pour chaque nouveau poste téléphonique !

De plus, l’ajout de nouvelles lignes téléphoniques peut également rendre obsolète votre PABX. Vous serez alors forcé de faire l’acquisition d’un standard téléphonique d’une plus grande capacité, ce qui représente une dépense supplémentaire non négligeable.

Dans une configuration IPBX, cette opération se fait en toute autonomie. Depuis une interface informatique, vous pouvez associer très simplement une ligne à un poste téléphonique. Ainsi, il suffit de connecter le nouveau poste téléphonique à votre réseau internet, puis de le configurer depuis l’interface de gestion, pour rajouter une ligne à votre parc téléphonique. Une opération qui se fait sans intervention de sociétés spécialisées, ce qui se traduit par une économie significative, par rapport à un système PABX. 

Le fonctionnement IP facilite l’intégration de fonctionnalités

Plus globalement, la numérisation de la téléphonie facilite les interactions avec les applications informatiques. Si l’interface de gestion semble être l’exemple le plus significatif, il n’existe pas moins de 500 fonctionnalités qui peuvent être associées à votre téléphonie dans une configuration IPBX. 

Par exemple, dans un fonctionnement IP, votre forfait téléphonique peut inclure la personnalisation de votre musique d’attente. Premier contact entre l’entreprise et l’appelant, cette option a pour intérêt de donner une image professionnelle de votre société, avant même qu’un de vos collaborateurs prennent en charge l’appel.   

Cette fonctionnalité, proposée gratuitement dans une formule IPBX, peut également être attribuée à une configuration PABX. Cependant, cela se fera au moyen d’une option payante, ce qui alourdira, une nouvelle fois, le montant de votre facture téléphonique.

Une facturation adaptée aux différents profils d’entreprise

Parmi les nombreuses différences entre un système PABX et IPBX, l’exemple le plus significatif est certainement celui de la tarification des communications. Dans un fonctionnement traditionnel, les opérateurs appliquent une facturation à la consommation. Cela se traduit par un prix à la seconde ou à la minute, qui est multiplié par la durée de l’appel.

Il existe, cependant, différents niveaux de facturation en fonction de la destination de vos appels. Cela s’explique, en partie, par les contraintes physiques du réseau téléphonique cuivre. Prenons l’exemple d’un appel international. Afin que cette communication se déroule dans de bonnes conditions, les opérateurs sont contraints de signer des accords commerciaux avec des partenaires internationaux. Cette typologie d’appels subit donc une hausse des prix. Ainsi, une communication internationale peut avoir un coût deux fois plus élevé qu’un appel national de même durée.

Dans un fonctionnement IP, ces contraintes de réseau n’existent pas, ce qui permet aux opérateurs de proposer différents modèles de facturation adaptés à toutes les entreprises. Avec un IPBX, on peut ainsi souscrire à un forfait qui propose les appels illimités vers les mobiles, tout comme une formule à la consommation si vos différentes simulations vous indiquent que c’est le modèle le plus approprié à votre entreprise. 

CTA bien choisir son opérateur téléphonique

L’IPBX pose des problèmes de sécurité

Plus flexible, plus fonctionnel, plus économique, l’IPBX a de nombreux avantages par rapport à un système PABX. Même si l’utilisation du réseau internet s’avère bénéfique, elle implique, cependant, des questions de sécurité. Le standard téléphonique étant branché directement à une connexion internet, votre réseau de communication est exposé aux attaques du web. Détournement de lignes téléphoniques, usurpation d’identité, fuite de données… les exemples d’actes de malveillance sont nombreux et peuvent avoir des répercussions dramatiques sur votre société.

Prenons le cas de figure où une personne « pirate » votre réseau en détournant votre ligne téléphonique vers un numéro de téléphone surtaxé. En passant des appels, de votre entreprise vers ce type de numéro, elle peut générer jusqu’à 3€ de revenus par communication. En multipliant les appels, une entreprise peut ainsi perdre des milliers d’euros en quelques heures !

Afin de se prémunir de cela, il est important de prendre des dispositions pour sécuriser son standard IPBX en amont. Protocole de sécurité, sas de sécurité, mises à jour … si une partie des mesures peuvent être prises en charge en interne, il est toutefois conseillé de faire appel à des spécialistes afin de garantir la sécurisation parfaite de votre système. Il est toutefois important de relever que même si les PABX peuvent également être exposés à ces actes de malveillance, la connexion du standard téléphonique au réseau web rend sa protection particulièrement complexe. 

Dématérialiser son IPBX pour mieux le maîtriser

En comparant les systèmes PABX avec les réseaux IPBX, on constate que le standard téléphonique physique monopolise d’importantes ressources financières et humaines. Afin de s’en délester, certaines entreprises ont opté pour une autre technologie de téléphonie IP dématérialisée : la VoIP Centrex.

Dans cette configuration, les postes téléphoniques sont directement reliés à un standard téléphonique dématérialisé, à travers la connexion internet des entreprises. L’équipement ne se trouve donc plus physiquement dans les sociétés mais dans les infrastructures des opérateurs. Ainsi, les dépenses inhérentes au bon fonctionnement matériel (acquisition, configuration, dispositif de sécurité…) n’incombent plus aux entreprises. Elles sont sous la responsabilité des opérateurs qui les répercutent, dans une moindre mesure, sur le montant de leurs forfaits téléphoniques.

Le standard téléphonique étant dématérialisé, l’opérateur peut, en effet, mutualiser les structures entre plusieurs entreprises, ce qui leur permet de commercialiser des offres forfaitaires attractives et compétitives.

Ainsi, Axialys, opérateur spécialiste de la VoIP Centrex, propose un forfait à 24,90€/mois qui comprend les appels nationaux ainsi que plus de 100 destinations internationales en illimité !

En dématérialisant son standard téléphonique, on estime qu’une entreprise peut réaliser jusqu’à 30% d’économie sur ses dépenses téléphoniques (en fonction de sa configuration). Afin d’estimer précisément les économies que vous pouvez réaliser en supprimant le standard téléphonique de votre installation, nos conseillers se tiennent à votre disposition pour en réaliser un audit gratuit.

New Call-to-action

 

Posted in IPBX, Téléphonie professionnelle